Dragon Ball Super BROLY : Nouvelles interviews de Naohiro Shintani et Tatsuya Nagamine

[SPOILER] Dragon Ball Super BROLY : Nouvelles interviews de Naohiro Shintani et Tatsuya Nagamine

Dragon Ball Super BROLY : Nouvelles interviews de Naohiro Shintani et Tatsuya Nagamine


Lors de la sortie du film Dragon Ball Super “Broly” au Japon le 14 décembre 2018, deux pamphlets étaient proposés dans les cinémas japonais. Ces deux livrets, dont nous vous avions partagés le contenu dans un précédent article, contenaient principalement des images du film, des chara-designs, des storyboards, mais aussi des interviews du directeur du film Tatsuya Nagamine, ainsi que du superviseur de l’animation et chara-designer Naohiro Shintani. Les voici traduites en français.

IMPORTANT: L’interview contient de gros spoilers sur le film, il est donc encore temps de quitter la page si vous désirez vous garder la surprise.

Interview de Naohiro Shintani

Noahiro Shintani travaille pour la Toei Animation et a été responsable de pleins de missions dont notamment la série animée One Piece, et le film PreCure All Stars NewStage 3 : Eternal Friends. Dragon Ball Super Broly est le premier film pour lequel il a été nommé superviseur de l’animation.

SVP Dites-nous comment vous vous êtes sentis après avoir été nommé superviseur de l’animation ?

Tout d’abord, j’ai eu la pression. J’ai vu les nombreux films Dragon Ball produits jusqu’à maintenant, donc j’étais assez anxieux. J’espérais redonner la même image de Dragon Ball, que celle que j’ai apprécié étant petit.

Y-a-t-il quelque chose à laquelle vous avez été particulièrement attentif tandis que vous travailliez sur le film ?

Au début de Dragon Ball il n’y avait pas beaucoup d’ombrage, donc nous avons voulu avoir la même approche pour le film. Pourtant, durant la production, nous nous sommes dit que mettre de l’ombrage sur les scènes d’actions les rendrait encore plus excitantes, ce que nous avons donc fait. Donc les scènes de vie quotidienne ne contenaient pas d’ombrage tandis que les scènes de combats ne tenaient pas compte de cette consigne. Tout ce qui comptait était de rendre ça cool. Ajouter de l’ombrage augmente le nombre d’informations visuelles, mais également l’intensité de celle-ci. Je crois donc que la grande différentiation entre les scènes de vie quotidienne et les combats, rendra ce film différent des autres.

Comment vous y êtes-vous pris pour le design des nouveaux personnages ?

Pour Cheerai et Lemo, je me suis juste basé le plus fidèlement possible sur les designs de Toriyama. Broly, c’était une histoire différente. Les seuls designs que j’ai reçus le concernant étaient de lui portant son armure. Cela lui donnait une impression vraiment différente du Broly du passé. Personnellement, j’avais une forte image de Broly basée sur les films précédents, donc je me suis créé mon propre design de lui en Full Power. J’avais également la très forte envie de le voir perdre son haut et devenir furieux à la fin. Toriyama avait insisté pour qu’il ne soit pas trop dépeint comme un macho, donc j’ai essayé de le faire aussi imposant que possible, mais jusqu’aux limites imposées.

De quelle manière ce Broly est-il différent de celui des autres films ?

Le Broly du passé n’était que, un mec dangereux (rire). Mais cette fois, il y a des scènes qui montrent son côté humain, comme l’incident avec Bah, et sa relation avec Cheerai et Lemo. Je me demande si les spectateurs ressentiront de la mélancolie à la fin quand Cheerai utilise les Dragon Balls ? Ce Broly est un personnage différent de sa précédente mouture, et j’espère qu’il deviendra aussi populaire.

Quels sont les aspects sur lesquels vous avez le plus travaillé conernant le design des personnages ?

L’équilibre des visages. Aussi, j’ai consciemment travaillé sur le corps des personnages pour qu’ils restent minces comme Toriyama le voulait. Bien que j’aimais beaucoup le look de Bardock dans l’ancien TV special, rester proche du design actuel de Toriyama avait la priorité sur ma propre image de lui. Un autre challenge était les Saiyans en tant qu’enfants. J’imaginais plus Gokû comme un bébé, mais vu comment il était décrit dans Jaco le Patrouilleur Galactique, il était assez mature pour savoir marcher. J’ai essayé de rester proche du manga également, pour les versions enfants de Raditz et Vegeta.

Quels types de correction, Toriyama-sensei a-t-il réalisé sur vos propres designs ?

Il a fait des corrections directement sur mes dessins numériques, donc j’ai pu les redessiner directement à partir de là. Il n’a pas changé grand-chose sur Broly, mais Lemo a été lourdement retravaillé. Je crois qu’il a également fait des corrections sur le profil de Cheerai. Ses corrections étaient particulièrement exigeantes concernant les personnages féminins comme Bulma.

Quel était votre personnage préféré dans ce film ?

… Peut-être Paragus. Les animateurs ont eu une véritable liberté pour dessiner comme ils le voulaient, j’ai donc apprécié de voir leurs travaux finaux. Le directeur Tatsuya Nagamine a fait des demandes que j’ai trouvées très intéressantes : le fait que Paragus est un personnage qui a l’air de se balader en sous-vêtements ne signifie pas qu’il doit être dessiné à l’ancienne, mais doit rester attractif, pour que les spectateurs puissent le voir de dos et penser « ça a l’air sympa ». Puis dans la scène dans laquelle Paragus et Broly sont trouvés pour la première fois, le directeur nous a demandé de les faire ressembler « aussi puant que possible ». C’est dur d’exprimer des mauvaises odeurs avec des dessins, mais nous avons essayé de donner notre maximum pour transmettre la sensation que ses sous-vêtements n’aient pas été changés depuis longtemps (rires).

Dites-nous sur quoi votre attention s’est portée pour l’animation.

Il y a des moments dans les scènes de combat qui contiennent des lignes de dessins jamais utilisées auparavant. Typiquement, quand les dessins sont créés numériquement, les lignes sont uniformes, mais nous avons pris ces lignes et avons appliqué des effets pour mimer les lignes du passé qui étaient dessinées sur des celluloïds, paraissant plus brutes. En faisant comme cela, nous avons créé des lignes qui ne sont pas parfaitement semblables, réussissant à les montrer comme si ces lignes avaient été faites au pinceau comme dans le passé quand les couleurs dépassaient un peu du cadre en peignant les celluloïds. L’effet de cette technique est incroyable, et je pense que ce sera spectaculaire comme une peinture.

Enfin, parlez-nous des moments forts du film.

Il n’y en a beaucoup tout du long, donc je dirai que le moment fort, c’est tout le film ! Je pense que vous voudrez regarder les scènes d’action de la seconde moitié encore et encore. Vos yeux ne seront pas capables de suivre en un seul visionnage. Même moi je pourrais encore l’apprécier avec la vision d’un spectateur (rires). Directeur Nagamine a inclus des scènes qui étaient des hommages aux films précédents dans le combat entre Gokû et Broly sur le continent de glace pour le fan service, gardez-donc vos yeux grands ouverts pour cela. Il a également réalisé un travail fantastique en plaçant les musiques, donc je pense que vous serez vraiment immergés pendant le visionnage. Sur tous les aspects, c’est un film que vous allez vraiment apprécier !

Interview de Tatsuya Nagamine

Nagamine travaille pour la Toei Animation. En plus de Dragon Ball, il avait déjà été impliqué dans d’autres travaux de Toriyama comme Dr Slump et était directeur série sur la série TV Dragon Ball Super à partir de l’épisode 77 et suivant. Il a également dirigé un certain nombre de films dont One Piece Film Z.

Avez-vous reçu des demandes de Toriyama-sensei sur comment il voulait que le film soit réalisé ?

La seule fois où je lui ai parlé directement, c’était pour la projection zéro du film (une séance initiale réservée aux membres du staff), donc je ne l’ai pas consulté du tout avant la production du film. Donc j’ai pris son script avec son message qui me disait « faites-en quelque chose de bien ». Quand j’étais en charge de Dr Slump : Dr Mashirito et Abale-chan, le film, j’ai créé une version animée qui ne laissait aucun aspect de son travail original de côté, et c’était ma mission d’utiliser la même méthode pour ce film, essayant de ne pas changer une ligne ou d’ajouter des choses si c’était possible. Cependant, de manière réaliste, j’ai dû tout faire tenir sur une durée de 100 minutes, donc… il y avait des phrases comme « Oui, seigneur Freezer » sur lesquelles j’ai coupé le « oui » pour ne laisser que « Seigneur Freezer » (rires), et j’ai coupé de petites parties çà et là.

Broly est même inscrit dans le titre du film et ce sera sa première apparition depuis longtemps. Dites-nous ce que vous avez pensé quand vous avez entendu parler des prémisses de ce film ?

Deux des précédents films sur Broly ont été dirigés par mon mentor, Shigeyasu Yamauchi. C’était un personnage incroyablement populaire tandis que Yamauchi s’occupait de lui, donc quand j’ai entendu que Broly serait de nouveau présent, je me suis dit, « C’est pas bon ! » (rires). Pourtant, comparé au Broly du passé, qui n’avait pas beaucoup de personnalité, cette fois, Toriyama a ajouté plus d’épaisseur au personnage, incluant même une sorte d’innocence, et à la fin, je me sentais vraiment enthousiaste, en pensant « Cela va permettre à la popularité de Broly d’exploser encore plus ! ». De plus, nous avons inclus des hommages aux films précédents dans les effets et autres.

Dans quelle scène avez-vous mis le plus d’efforts pour adapter le script en planches ?

D’habitude, à la fin des films, l’ennemi est terrassé par une énorme attaque et la Terre est sauvée, offrant une catharsis pour les spectateurs, mais cette fois, le dernier kamehameha ne touche pas sa cible ! Cela pourrait être un peu décevant pour les spectateurs, donc j’ai dû m’assurer que le combat menant à cette instant était vraiment très existant. C’est pourquoi le combat final entre Gogeta et Broly est si brutal que s’il se déroulait vraiment, ils auraient pu tomber plusieurs fois. Pour faire en sorte de satisfaire les spectateurs, ils se frappent l’un l’autre et lancent des attaques spéciales, puis cela finit avec un kamehameha !! Un ennemi normal serait mort trois fois comme ça. (rires)

Vu qu’il y a des combats tellement brutaux, donnez-nous quelques détails sur les scènes de combat.

Nous avons renversé le scénario pour les combats de la seconde moitié. La scène avec le magma en particulier a été ajouté car si l’arrière-plan était resté sur une zone glacée sans fin, cela aurait été difficile de voir les effets des attaques. La scène se devait d’être plus sombre avec beaucoup d’attaques à distance. De plus, si les conditions de combat restent les mêmes tout le temps, les spectateurs perdraient en intérêt, donc j’ai senti qu’il fallait changer un peu. Donc nous avons ajouté des choses comme le magma qui jaillit du fait de la férocité du combat, et nous les avons même envoyés dans une autre dimension à un moment donné. Puis lors du climax, nous avons créé les conditions idéales pour voir la lumière de leurs attaques en faisant apparaître Shenron, le ciel devenant d’un noir d’encre. J’ai même imaginé inclure des scènes dans lesquelles ils se battent dans l’espace, et pour faire un hommage à Broly qui meurt dans le soleil, les faire combattre à la surface du soleil, ou les faire combattre dans le cœur de la Terre, mais à la fin il n’y avait tout simplement plus de temps disponible ! (rires) De plus, c’était mon objectif de présenter les Super Saiyan God Super Saiyan de la manière la plus cool possible. Je voulais les présenter avec les meilleurs visuels et puissances. La séquence de transformation a été construite de la manière la plus méticuleuse possible, et je vous encourage tous à essayer de l’imiter vous-même.

Quel genre de rapport avez-vous avec l’équipe d’animation, les musiciens et autres membres du staff ?

Il y avait des scènes de combat sur lesquelles les animateurs avaient carte blanche pour faire ce qu’ils voulaient, et je regardais leurs travaux ensuite et je me disais « Oh ? Le nombre de scènes a encore augmenté ? » ou « Est-ce que ce genre d’attaque existe ? » (rires) Les autres départements étaient également pleins de staffs qui donnaient leur maximum et utilisaient pleinement leurs talents, faisant ce qui leur faisait plaisir dans le bon sens. Mon travail était de créer un ensemble cohérent de tout ça tandis que je m’émerveillais « Ils sont tous incroyables ! » (rires). En termes de baseball, c’est comme si j’étais leur coach. Si je disais, « Visez le homerun », ils me répondaient « Okay » et l’envoyaient en dehors du stade. Et la salle du staff était conviviale et optimiste. Il y avait une sorte de joue de la part de tout le monde formant des rivalités amicales en tant que vrais professionnels plutôt que de travailler les uns contre les autres.

Enfin, dites-nous quelques mots pour donner envie à tout le monde de voir le film.

Cela peut paraître banal, mais à tous les niveaux, je voudrais juste dire « svp appréciez-le ». bien sûr, vu que j’y ai mis beaucoup de moi dans ce film, j’ai un profond attachement avec lui, donc j’aimerais exprimer cela également, mais surtout j’aimerais que les spectateurs le regardent avec un état d’esprit clair. Dragon Ball … est cool !

Dragon Ball Super BROLY : Nouvelles interviews de Naohiro Shintani et Tatsuya Nagamine

Le film Dragon Ball Super “Broly” a été diffusé pour la première fois au Japon lors d’une avant-première mondiale le 14 novembre 2018, puis dans les cinémas japonais à partir du 14 décembre 2018 pour une durée de 100 minutes. Concernant la France, Viz Media Europe a acquis les droits Cinéma, TV, Digital et Home video du film pour les territoires francophones, le film sortira le 13 mars 2019, avec de nombreuses avant-premières programmées les 23 et 24 janvier 2019. Le film Dragon Ball Super “Broly” est le 20ème film créé pour la franchise Dragon Ball et le premier film Dragon Ball Super. Akira Toriyama est pleinement impliqué dans ce nouveau film, à la fois à la pointe de l’intrigue, du scénario et du design des personnages. Le maître a également réécrit totalement le personnage de Broly.

Dragon Ball Super

Dragon Ball Super est une série animée japonaise produite par le studio Toei Animation. La série a été diffusée du 5 juillet 2015 au 25 mars 2018 sur la chaîne japonaise Fuji TV et depuis le 17 janvier 2017 sur Toonami en VF. Dragon Ball Super reprend quelques temps après la défaite de Majin Buu. La série commence par reprendre les films qui sont sortis au cinéma en 2013 et 2015, Dragon Ball Z : Battle of Gods et Dragon Ball Z : La Résurrection de ‘F’ avant de partir sur de l’inédit. La série va également d’une part introduire un certain nombre de nouveaux personnages, et d’autre part agrandir l’univers et la connaissance établie de Dragon Ball avec son lot de nouvelles transformations. La série est aussi adaptée en manga, dessinée par Toyotaro et prépublié depuis le 20 juin 2015 dans le magazine V-Jump au Japon. Un premier film Dragon Ball Super intitulé « Broly » est sorti en décembre 2018 au Japon.

 

Remerciements: Kanzenshuu

Ne loupez pas l'info !

Presque toutes les œuvres d’Akira Toriyama – 18 Janvier 2018 – Interview de 2014

Presque toutes les œuvres d’Akira Toriyama – 18 Janvier 2018 – Interview de 2014 Le …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *