Interview de Toyotarō dans le Sports Nippon Dragon Ball Super Broly Times
Interview de Toyotarō dans le Sports Nippon Dragon Ball Super Broly Times

Interview de Toyotarō dans le Sports Nippon Dragon Ball Super Broly Times

Interview de Toyotarō dans le Sports Nippon Dragon Ball Super Broly Times


Un événement similaire avait été organisé pour la sortie du film Dragon Ball Z – Le Résurrection de ‘F’ en 2015. Le film Dragon Ball super – Broly a été l’objet d’un « journal » contenant différentes interviews, des biographies de personnages, du merchandising, etc… Et l’interview qui nous concerne aujourd’hui est celle de Toyotarō.

Interview de Toyotarō dans le Sports Nippon Dragon Ball Super Broly Times
Crédits : https://twitter.com/VegettoEX

Interview de Toyotarō dans le Sports Nippon Dragon Ball Super Broly Times

Sponichi “Dragon Ball Super : Broly” Shinbun (12 December 2018)

Interview de Toyotarō dans le Sports Nippon Dragon Ball Super Broly Times

Du « Crayonnage de jeunesse » à « Travailler avec Toriyama-sensei », voici « Toyotarō l’a dessiné »

Interview spéciale

Un fan de Dragon Ball qui devient un créateur Dragon Ball. Toyotarō, le dessinateur de Dragon Ball Super, nous a raconté son entraînement jusqu’à présent, les secrets d’Akira Toriyama et son sentiment envers le plus puissant des Saiyans, Broly, qui apparait dans le dernier film. Quelle est le secret de cette motivation derrière cette success story… ?

[Photo]Une étagère remplie d’œuvres dédiées à Dragon Ball, l’une après l’autre.

[Avatar de Toyo] « J’essaie de ne pas voir les choses objectivement, sinon la pression aurait raison de moi »

Quand nous avons ouvert la porte de son espace de travail, la scène attendue se déroulait devant nos yeux : des posters décolorés par le soleil, une petite peluche de Zen’oh près de la fenêtre, des figurines de Gokû et de Vegeta sur une étagère avec des dessins de Toriyama. Partout où nous regardons, les items à disposition nous montrent l’amour de Toyotarō pour Dragon Ball.

« Je suis vraiment un fan ordinaire. Je n’ai jamais imaginé qu’un jour, un de ces fans aurait l’occasion de dessiner le travail de Toriyama-sensei… C’est dingue. Je n’ai pas du tout de confiance dans la ressemblance de mon travail avec l’art de sensei. Je lutte pour travailler son histoire. Je suis encore « en cours » de progrès. J’essaie autant que possible de ne pas voir les choses objectivement, sinon la pression aurait raison de moi. (rires) »

Sa rencontre prédestinée est intervenue dans les jeunes années de son école élémentaire. « Il y avait pleins d’autres anime. C’était un des choix à l’époque. » La série animée Dragon Ball a fait battre son cœur : « je veux créer des dessins excitants comme ceux de Dragon Ball. » Avec ce fervent désire, il a passé ses années d’école élémentaire à « crayonner », ne faisant rien d’autre que d’imiter Dragon Ball.

« Je créais des histoires dans lesquelles Chaozu ou Bardock étaient les personnages principaux. J’adorais me livrer à ces fantaisies. »[1]

Il y eut un temps où il lisait n’importe quelle « œuvre de Toriyama » sur laquelle il pouvait mettre la main. Ses yeux se sont alors arrêtés sur les mots « Art: Katsuyoshi Nakatsuru »[2]. « Quelqu’un qui n’était pas Toriyama-sensei l’a dessiné. Peut-être qu’un jour, je pourrais aussi travailler avec lui. » Embrassant ce faible espoir, il apporte son propre manga tiré de l’univers de Dragon Ball Heroes à la Shueisha. En 2012, il reçoit un appel du département édition du V-Jump et fait ses grands débuts avec la sérialisation de Dragon Ball Heroes : Victory Mission, une transposition en manga du jeu de carte sur borne d’arcade Dragon Ball Heroes. Trois ans plus tard, la sérialisation de Dragon Ball Super débutait[3].

[Photo]Des crayons de toutes sortes sont alignés sur son bureau. C’est le bureau d’un mangaka.

[Avatar de Toyo] « Freezer est vraiment dur à dessiner !! »

Son rêve est devenu réalité. Mais en dépit de cela, il n’était pas fier. « Sensei disait que les mangaka de notre génération ne se vantaient pas. Cette seule phrase est restée gravée dans mon cœur. »

Même maintenant, il explique que la quatrième forme de Freezer est « vraiment dure à dessiner ». « C’est le seul dont le style est différent », indique-t-il, passant son bras lentement sur l’étagère derrière son bureau. Dans sa main, le volume 27 de Dragon Ball. Il tourne les pages, nous montrant les différentes scènes de Freezer d’une main de connaisseur. Dragon Ball était devenu sa bible depuis sa première rencontre.

[Avatar de Toyo] « Les manga sont pour les enfants »

En tant que dessinateur, il ne fait pas attention qu’à l’histoire ou l’art. « De nos jours, les adultes aussi lisent des mangas, mais je pense qu’ils ont vraiment été faits pour les enfants. Il y a une joie des adultes après avoir lu un mystère, mais la joie des enfants réside par-dessus et avant tout dans le rire. Même si c’est un peu galvaudé, je n’hésite pas à ajouter des gags. Cela pourrait être la première fois qu’ils-en voient après tout. Et tandis que je fais attention à ne pas ruiner les personnages, je laisse délibérément ceux comme Gokû, Beerus ou Freezer faire n’importe quoi. Il y a aussi beaucoup de gags dans les modifications de sensei. Je pense en avoir au moins un par chapitre. »

[Avatar de Toyo] « J’aime Broly depuis toujours. Rien qu’en se tenant là, c’est une illustration parfaite. »

Bien qu’il fasse attention au sens de la dérision de Toriyama dans ce film, ce qui intéressait réellement Toyotarō, était le personnage très populaire de Broly. « Je l’ai aimé depuis le début. C’est un super Saiyan, et c’est le plus puissant. Il porte un lourd passé, et il est cool. Rien qu’en se tenant là, c’est une illustration parfaite » raconte-t-il avec un sourire.

« Je veux continuer à dessiner Dragon Ball de ci-delà, et bien plus que ce qui m’a été demandé. » Ayant parlé de ses rêves, juste au moment où nous pourrions nous attendre à ce que l’interview se termine, il fait une certaine demande au journaliste. « Puis-je prendre une photo dans laquelle on dirait que vous m’interviewez pour que je la poste sur twitter ? » Alors que nous mettons tout en place pour la photo, il sourit et ajoute une autre chose. « Ah, mais ce serait directement à l’opposé de ce que Sensei m’a dit, non ? » L’heure passée avec ce « fan très enthousiaste » équipé à la fois d’un sens des gags et d’humilité a passé à la vitesse de la lumière.

[Photo]Des sneakers aux couleurs de Gokû et de Freezer, à côté d’une illustration signée par Akira Toriyama-sensei, décorent les étagères de son espace de travail.

Son espace de travail est dédié à Dragon Ball

Un jour il le dessinera ?

« Un Broly cool »

…Verrons-nous un jour dans le futur, un Broly à la façon de Toyotarō ?[4] « Ce film est une extension de Super, donc je pense qu’un jour, le temps viendra pour moi de le dessiner », dit-il avec de l’assurance dans le regard. « Je suis plein de gratitude que le film soit sorti avant le manga. Il y a pleins de scènes de combat dans le film, mais si j’avais dû y aller en premier, je n’aurais pas été capable de les dessiner avec autant de détails. Quand le temps viendra, j’aimerais utiliser le film comme référence pour le rendre encore plus cool à ma façon », conclut-il avec un sourire.

[Photo]Le Zen’oh à côte de la fenêtre.

 

[1] De fait, la Shueisha a commandé et publié le livre Dragon Ball side-story : le cas de la réincarnation de Yamcha en 2016-2017 du fan-artiste Dragon Garow Lee. La série en trois chapitres a débuté en tant que manga numérique sur la plateforme du Jump+, puis a vu apparaître un volume imprimé, mettant en scène Yamcha et Chaozu réincarnés du « monde réel » en personnages de Dragon Ball.

[2] Cela correspond à une anecdote concernant la série Le retour de Dr Slump, une sorte de sequel ou de spin-off du manga original, sérialisé dans le V-Jump de la Shueisha. C’était écrit par Takao Koyama et illustré par Katsuyoshi Nakatsuru, et tous deux avaient déjà travaillé sur l’animation de Dragon Ball.

[3] Le Dragon Ball Heroes : Victory Mission de Toyotaro a connu 28 chapitres entre septembre 2012 et décembre 2014 dans le magazine de la Shueisha V-Jump. Suite à cela, Toyotaro a dessiné une introduction en trois chapitre au film de 2015 Dragon Ball Z : La Résurrection de ‘F’, de février à avril 2015. La publication de Dragon Ball super a commencé en juin 2015 également dans le V-Jump.

[4] Le 42ème chapitre du manga Dragon Ball Super conclut l’arc Tournoi du Pouvoir (tel que vu aussi dans l’anime TV), avant de passer à un arc original du manga « Le Prisonnier de la Police Galactique ». Une simple case mettant en scène Broly, note que c’est une histoire pour une autre fois.

 

Source : Kanzenshuu

Traduction : Matthanor

Matthanor

Matthanor
Fan depuis toujours de Dragon Ball, j'ai grandi avec le Club Dorothée et avec tous les anime de légende, diffusés pour la première fois en France à ce moment-là. Je suis fan de l'intelligence que Toriyama met dans ses œuvres et notamment j'adore découvrir de nouvelles illustrations et vous traduire tout un tas d'interviews le concernant. Fait rare : j'aime bien Dragon Ball GT !

Ne loupez pas l'info !

Le staff et le cast de la série discutent du dernier épisode de Dragon Ball Super

Le staff et le cast de la série discutent du dernier épisode de Dragon Ball Super

Le staff et le cast de la série discutent du dernier épisode de Dragon Ball …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *