Accueil / Interview / Interview de Toriyama en 2013 sur DBZ Battle of Gods
Interview de Toriyama en 2013 sur DBZ Battle of Gods
Interview de Toriyama en 2013 sur DBZ Battle of Gods

Interview de Toriyama en 2013 sur DBZ Battle of Gods

Interview de Toriyama en 2013 sur DBZ Battle of Gods


Dans le cadre des éditions “fullcolor” de Dragon Ball, des interviews et FAQ de Toriyama étaient réalisées pour présenter l’histoire, sa construction, les arcs narratifs etc. Le volume 5 de l’arc Freezer en version fullcolor nous présentait ici une interview de Toriyama qui revenait sur la création de DBZ Battle of Gods et sur un certain nombre d’anecdotes sur le film, les personnages. Par exemple, nous y apprenons pourquoi Gokû a une coupe de cheveux si atypique ou encore pourquoi le Super Saiyan God est plutôt fin de design. Cette interview a été publiée le 9 avril 2013. Elle fait suite notamment à une autre interview de ce type dans le volume 4 du fullcolor de l’arc Freezer.

Interview de Toriyama en 2013 sur DBZ Battle of Gods
Interview de Toriyama en 2013 sur DBZ Battle of Gods

Interview de Toriyama en 2013 sur DBZ Battle of Gods

Dragon Ball édition Full Color : Arc Freezer volume 5

Interview d’Akira Toriyama

Questions à Akira Toriyama

Dragon Ball Z : Battle of Gods – production

Toriyama-sensei nous a raconté que jusqu’à présent, il laissait la partie « anime » au staff de la série TV. Mais avec ce film Dragon Ball Z : Battle of Gods, il s’est laissé aller à écrire les contours, l’histoire et le design des personnages ! Nous lui avons demandé de nous raconter ses sentiments, sur le fait d’être si impliqué dans l’anime !

Qu’est-ce que Dragon Ball Z : Battle of Gods ?

Il s’agit du premier film Dragon Ball depuis 17 ans. Le « Dieu de la Destruction » Beerus s’est réveillé de son long sommeil et attaque la Terre ! Il s’agit d’une œuvre qui dépeint le super combat de Gokû et Co. contre le dieu qui voulait détruire la Terre !

Les choses qu’il a appris en écrivant l’histoire

Quelles ont été vos réflexions en vous essayant à quelque chose de nouveau en écrivant l’histoire ?

C’était très intéressant. Plus que tout, je n’avais pas à dessiner quoi que ce soit… Je voulais juste écarter cette plaisanterie dès le départ (rire). C’est le premier film, depuis le film en live-action, donc je voulais aussi montrer aux gens un aspect de « C’est ça Dragon Ball ». Avant, j’avais aussi la sérialisation, donc je n’étais pas très impliqué dans le travail animé, et j’ai laissé tout le boulot au staff (de l’animation)[1]. Mais cette fois, je suis repassé sur le script avec attention pour la première fois (rires).

Ce que j’ai compris à la fin en étant impliqué est la longueur adaptée du script par rapport à la longueur de l’anime. En l’écrivant, j’avais le sentiment qu’il n’y avait pas assez d’histoire, et je pensais qu’ils devraient l’étendre un peu pour moi. Mais au contraire, il est devenu si long qu’ils ont dû en couper une partie. J’aurais voulu le savoir avant. Mais, même si je me suis dit « s’il y avait 10 minutes de plus, ça aurait pu être encore plus intéressant », je me dis aussi que c’est déjà suffisamment intéressant tel qu’il apparaît aujourd’hui !

Ceux qui ont vu le film ont eu cette impression et m’ont dit « C’est peut-être parce que vous étiez impliqués, sensei, mais j’ai ressenti une animation très Dragon Bal », ce qui m’a rendu heureux. Tous ceux du staff (de l’animation) ont réalisé ce film suivant le scénario que j’ai écrit… mais d’un autre côté, j’ai aussi eu cette impression que c’est parce qu’ils ont travaillé dur, en se disant « ce n’est pas le manga, donc faisons de notre mieux sur l’animation ! »

Quelles sortes de scènes ont été supprimées ?

Parmi les scènes coupées, il y en a eu une que j’ai écrite où Gokû est en difficulté, et tout le monde essaie de l’aider, même s’ils savent que c’est sans espoir. Et ça avance de telle sorte, qu’à la fin même Satan lui vient en aide.

Satan est un cas désespéré, mais c’est un personnage dont on sent qu’il veut aider à sa manière. Je suppose que cela a été abandonné pour des questions de temps. Dans l’histoire originale, pour rire, j’avais ajouté des tas de phrases pour Satan qui disait « j’ai mal à l’estomac, donc je vais protéger tout le monde d’ici ! » (rires)

Surprises sur les mouvements ! Scènes de combats

Quelles sont vos réflexions sur l’histoire que vous avez créé qui est devenue un anime ?

Avec le manga, de l’histoire en passant par l’art, tout est réalisé par moi-même. Rien ne transparait hormis ce que j’ai moi-même montré. Mais avec l’anime, je laisse cela à d’autres gens, il y a une possibilité que quelque chose d’encore plus grand que ce que j’avais imaginé en sorte, vous ne trouvez pas ? C’est vraiment le point le plus agréable. Cette fois-ci en particulier, les scènes de combat étaient encore plus fortes que ce que j’avais imaginé. Elles étaient encore plus belles et de loin, que ce que j’avais imaginé ! J’étais surtout inquiet du combat final, car quand j’écrivais l’histoire, je n’ai pas eu de réelles images du combat qui me sont venues à l’esprit. Avec les combats, il y a des parties pour lesquelles vous ne les comprenez pas tant que vous ne les avez pas dessinées… donc j’étais inquiet et me demandait ce que je devrais faire s’il n’y avait pas assez de puissance dans ce combat central. Mais… la puissance était plus force que ce que j’avais imaginé ! Juste ce à quoi je m’attendais de la part de pros de l’animation ! Je me suis dit, à la toute fin, que moi je n’avais jamais vu pareille animation pour des combats avant.

J’ai pensé que les gens deviendraient hors de contrôle s’ils combattaient à Capsule Corporation, mais naturellement, la localisation a changé. (rires) Mais penser qu’ils iraient tout droit jusqu’à la stratosphère … mais en y pensant, ce sont tous les 2 des extraterrestres, après tout. Peut-être qu’ils n’ont pas besoin de beaucoup respirer.

 

Surprises sur les mouvements ! Les personnages

Qu’avez-vous pensé quand les personnages que vous avez dessiné cette fois ont bougé ?

Whis était très intéressant à dessiner. Quand il a été animé, il a mis en évidence un sentiment sinistre et de peur, donc son impression a complètement changé. Cet aspect est bon. Je suis le plus heureux quand quelque chose sort, qui est plus fort que ce que j’avais amené au début.

Mais, quand le créateur original pense à une certaine extension de l’histoire, ceux qui dessinent sont sous pression. Je n’aimerais pas si c’était moi. (rires) Même s’ils pensaient « j’aimerais le dessiner plus librement », ils ne pourraient pas en être capables… Peut-être que j’aurais pu leur dire plus fortement depuis le début « Vous pouvez le modifier autant que vous le souhaitez, en suivant l’histoire » ? Dans tous les anime jusqu’à présent, si je leur avais dit que les codes de développement liés au monde étaient des « choses que seul le créateur pouvait faire », cela aurait été dur à dessiner.

Cette fois aussi, il m’est venu que cela ne m’aurait pas dérangé s’ils avaient fait des modifications sur la base de l’histoire que je leur ai fourni. Quand le nombre de personnes impliquées grossi, il y a bien plus de connaissance rassemblée, après tout. Je suis satisfait à partir du moment où quelque chose de bon en est ressorti.

Avez-vous été consulté sur le design des personnages ?

Une fois, durant la production, j’ai eu la confirmation « Quand il se transforme, est-ce que cela pourrait être bien de le rendre plus fin ? » Cela est vrai dans le manga original également, mais avec toutes les transformations successives, les personnages sont devenus plutôt costauds. Donc cette fois, je me suis dit que sa transformation serait plus fine. Donc c’est pourquoi le Super Saiyan God, qui apparaissait pour la première fois, possède un design plus délicat.

Vos sentiments sur Dragon Ball

Quels sont les types de personnes dont vous souhaitez qu’ils regardent Dragon Ball ?

Du temps de la sérialisation, c’était à tout niveau, un magazine de garçons, donc je le dessinais constamment avec l’envie que les écoliers et collégiens le lisent. Je me rappelle le rendre consciemment très simple à comprendre, et je l’altérais quand je trouvais que la trame de l’histoire devenait trop difficile (à comprendre). Je continue à penser de la même façon pour ce film.

Le monde de Dragon Ball a été repoussée encore plus loin avec ce film. Finalement, quelques mots !

Que mon œuvre ne finisse pas juste avec mon monde, mais qu’il s’étende dans des échelles bien supérieures grâce aux efforts d’autres personnes… cet instant me rend incroyablement heureux ! C’est pourquoi je me fiche d’utiliser mon propre manga comme base et de changer beaucoup de choses. Je pense qu’il n’y a aucun problème à les laisser faire, ce qu’ils veulent, comme ils veulent, avec Dragon Ball en titre.

Maintenant, le monde de Dragon Ball s’étend dans une variété de genres, comme le jeux-vidéo et les jeux de cartes[2]. Si quelque chose d’intéressant en ressort, j’en serais heureux.

 

Nous avons demandé à Akira Toriyama

Coin Bonus : Akira Toriyama FAQ

Nous vous avons apporté des questions sur Dragon Ball & Sensei dans un format FAQ ! Des secrets inattendus vont-ils être révélés ?

D’où vient la coiffure de Gokû ?

Je n’en étais pas conscient quand je l’ai fait, mais en y repensant maintenant, je pense que j’ai été influencé par AStro Boy. Les angles des « cornes » et la partie plate au milieu semble similaire, vous ne trouvez pas ? Je reçois souvent des goodies qui ont été commercialisées comme des figurines. J’admire vraiment comment les sculpteurs sont capables de ramener cette coupe de cheveux en trois dimensions. (rires)

Interview de Toriyama en 2013 sur DBZ Battle of Gods
Interview de Toriyama en 2013 sur DBZ Battle of Gods
Interview de Toriyama en 2013 sur DBZ Battle of Gods
Interview de Toriyama en 2013 sur DBZ Battle of Gods

Est-ce vrai que la queue de Gokû était une vraie nuisance ?!

C’est vrai. (rires) Gokû était à l’origine un vrai singe dans les premières esquisses. Mon éditeur m’a dit « Sans queue, il n’a pas de trait distinctif », donc j’ai rajouté une queue. Cette queue que j’ai ajoutée était d’une telle nuisance quand je le dessinais, je n’en pouvais plus… donc j’ai immédiatement pensé à un épisode où ils lui coupent. (rires)

Est-ce vrai que vous laissiez la TV en fonctionnement pendant que vous travailliez ?

J’ai été élevé par la TV, donc même maintenant, je travaille toujours avec la TV allumé. J’aime la variété et les émissions humoristiques. C’est dommage que Bakushō Red Carpet[3] soit fini. Je pense que mon émission favorite maintenant est Wafū Sōhonke[4].

Quels « trésors » avez-vous à la maison ?

Rien en particulier, je pense. Même avec mes maquettes, je suis le genre de personne qui perd intérêt une fois que je les ai construites. Les construire est sympa, et au moment où c’est fini, je ne pourrais pas être plus heureux, donc que fois que c’est fini de construire, je les néglige. Je n’en prends pas soin, du tout. (rires)

 

 

[1] Bien qu’il indique qu’il laisse tout au staff de l’anime, Toriyama a beaucoup travaillé en amont sur le design des personnages et sur l’histoire.

[2] Pour les jeux vidéo, le premier date de 1986 sur NES / Famicom. Depuis il y a eu tout un tas de jeux toutes plateformes confondues. Durant la sérialisation, Dragon Ball a vendu plus de 2 milliards de cartes à collectionner. Les cartes ont connu un renouveau avec le jeux vidéo d’arcade japonais de 2010 « Dragon Ball Heroes ».

[3] Bakushō Red Carpet est un programme humoristique qui passait au moins une fois par mois. Sa diffusion s’est terminée en août 2010, mais il y a eu un certain nombre de « special » depuis.

[4] Un programme de variété qui présente des éléments du Japon traditionnel, comme l’artisanat, la cuisine et l’étiquette, tandis qu’un certain nombre de célébrités sont interrogées sur le sujet pendant les intervalles.

 

Source : Kanzenshuu

Matthanor

Fan depuis toujours de Dragon Ball, j'ai grandi avec le Club Dorothée et avec tous les anime de légende, diffusés pour la première fois en France à ce moment-là. Je suis fan de l'intelligence que Toriyama met dans ses œuvres et notamment j'adore découvrir de nouvelles illustrations et vous traduire tout un tas d'interviews le concernant. Fait rare : j'aime bien Dragon Ball GT !

Ne loupez pas l'info !

Interview de Toyotarō dans le Sports Nippon Dragon Ball Super Broly Times

Interview de Toyotarō dans le Sports Nippon Dragon Ball Super Broly Times

Interview de Toyotarō dans le Sports Nippon Dragon Ball Super Broly Times Un événement similaire …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *